CASUALTY

Indubstrial

Batterie, basse, machines, scratchs, percussions, trompette, flûte, trombone, saxophone, soit huit musiciens différents, autant parler de big band pour désigner Casualty, plus connu en d'autres temps sous le nom Smala Familia, et qui officialise avec ce changement de nom son entrée dans le petit monde du dub français. "Indubstrial", premier album du groupe sous ce nom, s'illustre d'emblée par son caractère chaleureux et festif, inhabituel dans une scène hexagonale où le dub est souvent sombre et pessimiste, tout au moins sobre et posé. Le dub de Casualty, qui sent bon le ska et le reggae, refuse de se plier à cette loi de la morosité, et assume donc sa bonne humeur sans pour autant s'asseoir sur les lois fondamentales du dub: morceaux instrumentaux avant tout, construits dans la déconstruction, autour de lignes de basses qui disent tout en trois notes. Les habituels ingrédients sont maniés avec, convenons-en, une certaine virtuosité, qui résulte sûrement de plusieurs années de pratique du groupe et de ses nombreux concerts, notamment aux cotés de Zenzile, Sergent Garcia, Kaly Live Dub ou Soul Fighters. C'est ce qui permet aux gens les plus farouchement allergiques aux accords majeurs et à la musique festive, dont je suis, de trouver du plaisir à la musique de Casualty: "Indubstrial" est avant tout un excellent album de dub, très bien produit de surcroît. Si l'on ajoute qu'il se termine par un remix de Fedayi Pacha, on se dit qu'il vaut bien qu'on débourse dix euros pour l'acheter.

2D.

RETOUR A L'INDEX DES GROUPES  ///  RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL